Thérapie cognitivo-comportementale

Sommaire

Permettant de faire face à des troubles comme les psychoses, la dépression, le stress, l'addiction et bien d'autres, la thérapie cognitivo-comportementale, ou TTC, propose des exercices pratiques destinés à aider les patients à gérer leurs troubles.

Le point dans notre article.

Définition de la thérapie cognitivo-comportementale

La TTC regroupe :

  • le courant comportementaliste qui s'intéresse au comportement et travaille dessus ;
  • le courant cognitif qui intervient sur les croyances et les représentations.

C'est dans les années 1980 que les deux courants ont été rassemblés pour devenir une thérapie complète à part entière.

Cette thérapie brève qui convient aussi bien aux adultes qu'aux enfants ou aux adolescents. Pratiquée par des professionnels de santé (médecins, psychiatres ou psychologues le plus souvent), elle propose des techniques facilement reproductibles, ce qui participe à prouver son efficacité, notamment en cas d'anxiété, de phobies et d'addiction.

À noter : les détracteurs de la TCC estiment toutefois qu'il n'est pas possible de standardiser une pratique thérapeutique, chaque être humain étant unique, et c'est aussi ce qui pose problème pour obtenir une validation scientifique complète.

Thérapie cognitivo-comportementale : objectifs

Les principaux objectifs de la TCC sont d'aider les personnes à devenir autonomes en sachant faire face à leurs troubles. Elle permet de traiter des problèmes tels que :

Bon à savoir : en association avec un antidépresseur, la TTC est particulièrement efficace pour prévenir les rechutes en cas de troubles paniques ; en effet, lorsque le problème à traiter est particulièrement sévère, un traitement médicamenteux complémentaire peut constituer un support temporaire intéressant.

La TCC peut également venir en aide aux personnes qui souffrent de troubles du sommeil ou aux enfants qui ont des problèmes d'énurésie, de phobie scolaire ou d'hyperactivité.

Thérapie cognitivo-comportementale : un ensemble de techniques

La TCC traite les symptômes des patients à l'aide d'exercices pratiques basés sur le comportement et les réactions du patient. Le traitement vise à agir sur :

  • les pensées en remplaçant les idées négatives ;
  • les comportements inadaptés en en apprenant de nouveaux ;
  • les émotions mal vécues par la revalorisation du patient en mettant en lumière ses réelles qualités et potentialités.

Le thérapeute accompagne les malades en intervenant sur les processus cognitifs qui sont à l'origine des troubles émotionnels et psychiques qui en découlent. Le travail permet de maîtriser progressivement les symptômes. Par l’allègement des tensions internes, le patient apprend à faire face à ses problèmes avec moins d’appréhension et plus de savoir-faire.

Pour cela la TTC rassemble plusieurs techniques destinées à aider les patients à gérer leurs troubles. Parmi les plus souvent retrouvées, on peut citer :

  • la relaxation (via la sophrologie par exemple) qui apprend à mieux gérer son stress et les émotions douloureuses ;
  • la visualisation (via l'hypnose ericksonienne ou le modeling par exemple) pour savoir se concentrer sur des éléments positifs et trouver des solutions alternatives sans se focaliser sur les pensées anxiogènes ou déprimantes ;
  • le travail sur la modification des perceptions du patient, ses a priori, ses croyances et ses obsessions (via la PNL, le biofeedback ou la restructuration cognitive, par exemple) ;
  • la confrontation aux situations stressantes par une habituation progressive (tout d'abord par imagination puis sous forme de mise en situation).

Le traitement consiste donc à réaliser des exercices (il peut aussi s'agir de jeux de rôle par exemple) dans lesquels le patient est actif.

Bon à savoir : on parle d'alliance thérapeutique, car il s'agit d'un travail en commun entre le thérapeute et le patient.

Séances de thérapie cognitivo-comportementale

Les séances de TCC peuvent être soit individuelles soit collectives en petits groupes.

Première séance

Au cours de la première consultation, le thérapeute reçoit le patient qui lui explique la raison de sa venue et le trouble qu'il souhaite traiter. À partir du motif de consultation, de son origine et de sa complexité, le thérapeute se met d'accord avec son patient sur les objectifs à atteindre.

C'est ainsi qu'est établi un contrat thérapeutique qui précise comment le patient et le thérapeute vont s'y prendre pour mener à bien l'objectif fixé. Les objectifs sont progressifs et fixés par étapes.

Thérapie

Pour traiter un trouble spécifique, on prévoit généralement 5 à 6 séances.

Les séances individuelles durent entre une demi-heure et une heure (entre deux heures et deux heures et demie en groupe) et elles sont organisées toutes les deux semaines (ou toutes les semaines), sachant que le patient a des exercices à faire entre chaque séance.

Bon à savoir : les exercices à réaliser entre les séances sont essentiels pour que le patient puisse élaborer de nouvelles cognitions et qu'il prenne l'habitude d'adopter des conduites plus appropriées.

Il faut donc compter environ trois mois de traitement, les progrès étant régulièrement évalués et les étapes réajustées tout au long du processus. Ainsi, il est parfois nécessaire, selon l'origine du trouble et sa gravité, de prolonger la thérapie sur une période définie en commun.

De même, dans certains cas un suivi de prise en charge peut s’avérer préférable voire indispensable.

À noter : dans le cadre spécifique de la prévention de la dépression post-partum (chez les femmes à risque), il est possible de débuter les séances au cours de la grossesse (à raison de 6 à 12 réunions de 1 à 2 heures, par exemple) et d'en réaliser entre 2 et 5 après l'accouchement.

Où trouver des thérapeutes cognitivo-comportementalistes ?

Les thérapeutes cognitivo-comportementalistes exercent généralement :

  • en hôpital (psychologues, sages-femmes, infirmières, etc.) ;
  • en centre médico-psychologique (CMP) ;
  • en cabinet libéral.

Ces pros peuvent vous aider