Sociopathe

Sommaire

Un sociopathe est un individu souffrant d’un trouble de la personnalité le rendant inapte à l'intégration au sein d'un groupe. Cette pathologie touche environ 3 % des hommes et 1 % des femmes.

Caractéristiques de la sociopathie

La sociopathie est une maladie psychiatrique qui peut avoir de nombreuses conséquences sur la vie d’un individu et ses proches. Le DSM, publié par la Société américaine de psychiatrie, la définit comme une tendance générale à l'indifférence et l'invasion des droits d'autrui, depuis l'âge mental de 15 ans, et indiqué par la présence d’au moins trois des signes suivants :

  • incapacité à se conformer aux normes sociales qui déterminent les comportements légaux (répétition de comportements passibles d'arrestation, par exemple) ;
  • tendance à tromper par profit ou par plaisir (mensonges répétés, utilisation de pseudonymes, escroqueries) ;
  • impulsivité ou incapacité à prévenir ;
  • irritabilité et agressivité (répétition de bagarres ou d'agressions) ;
  • mépris inconsidéré pour sa sécurité et celle d'autrui ;
  • irresponsabilité persistante (incapacité répétée d'assumer un emploi stable ou d'honorer des obligations financières) ;
  • absence de remords ou d’empathie (indifférence, besoin de se justifier après avoir blessé, maltraité ou volé autrui).

Bon à savoir : la délinquance simple (c'est-à-dire lorsque le sujet est inséré normalement dans la société) ne relève pas d'un trouble psychiatrique.

À noter : le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (en anglais : Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, ou DSM) est une référence internationale en termes de diagnostic et de prise en charge des maladies psychiatriques.

La cause de la sociopathie est encore mal définie. On reconnaît essentiellement des facteurs environnementaux remontant à l'enfance, mais une prédisposition génétique est possible :

Diagnostic et prise en charge de la personnalité sociopathe

La sociopathie ne peut pas être diagnostiquée avant l'âge de 15 ans, mais trois signes précurseurs du trouble sont identifiés chez l’enfant, désignés comme « la triade de MacDonald » :

  • période inhabituellement longue d'énurésie (fait d’uriner inconsciemment ou involontairement) ;
  • cruauté envers les animaux ;
  • pyromanie (fascination pour le feu).

Elle nécessite une prise en charge psychiatrique spécialisée afin de poser le bon diagnostic et d'initier un suivi régulier le plus précocement possible.

Bon à savoir est un service d'écoute et d'information qui répond à vos questions (Comment reconnaître les premiers signes autistiques chez son enfant ? Quels sont les enjeux d'un dépistage précoce ? Vers qui se tourner pour obtenir un diagnostic ? etc.). Vous pouvez contacter la plateforme gratuitement au 0800 71 40 40, mais aussi par mail ou par chat pour obtenir de l'aide et être orienté vers les services les plus adaptés à vos besoins.

Sociopathie : un diagnostic parmi d'autres

Le diagnostic de sociopathie repose sur l'évaluation psychiatrique. Cette évaluation est basée sur les critères du DSM-IV. L'avis d'un expert est essentiel, car de nombreux troubles de la personnalité présentent des caractéristiques communes avec la sociopathie :

  • héboïdophrénie, psychopathologie rattachée au groupe des schizophrénies :
  • personnalité borderlinepsychopathie aux manifestations variables :
    • instabilité émotionnelle et impulsivité,
    • perturbation de l'image de soi,
    • incertitude concernant les objectifs, les préférences, les choix, les valeurs,
    • sentiment envahissant de vide ;
  • personnalité schizoïde, sans prédisposition à la schizophrénie :
    • froideur, détachement/émoussement affectif,
    • isolement social, difficulté à nouer des liens sociaux,
    • préoccupation excessive pour le monde intérieur ;
  • personnalité histrionique :
    • besoin d'attention exagéré,
    • comportement de séduction inadapté,
    • préoccupation constante pour soi.

Objectif de la prise en charge : la réhabilitation sociale de la personnalité sociopathe

Il n'existe pas de traitement médicamenteux pour traiter ce trouble. L'évolution favorable de la maladie dépend de :

  • la précocité de la prise en charge ;
  • l'adhésion de la personnalité sociopathe au suivi psychiatrique.

Deux approches peuvent être envisagées :

Bon à savoir : la thérapie cognitivo comportementale consiste en un plan de soin établi par le thérapeute en accord avec le patient, utilisant des exercices de rééducation des pensées et des comportements inadaptés.

Dans chacun des cas, le succès du traitement repose sur deux conditions essentielles :

  • la prise en charge des addictions connexes (alcool, cannabis et autres drogues) ;
  • la qualité du suivi psychologique : on ne peut parler de guérison d'une personnalité antisociale, cependant, un suivi psychologique optimum peut permettre une réhabilitation sociale.

Pour en savoir plus :

  • Le saviez-vous ? Le syndrome d'Asperger est une forme d'autisme, qui se traduit par un trouble de la socialisation.
  • Comment se déroule une séance avec un psychiatre ? Lisez cet article pour en savoir plus.
  • Connaissez-vous la différence entre psychologue et psychanalyste ? Faites le point grâce à cet article.

Sociopathes et psychopathes : comment les distinguer ?

En général, l’individu souffrant de traits de sociopathie tend à réagir de manière excessive et instantanée. Son manque de maîtrise l'amène à être davantage impulsif et sujet à des comportements compulsifs que celui qui présente des traits psychopathes.

Il démontre moins d'anticipation, de planification et d'habileté à prévoir ses actions ; il recourt moins à des stratégies pour atteindre ses objectifs, qui sont souvent plus immédiates.

De son côté, le sujet psychopathe, quant à lui, se montre très méthodique, très calculateur. Il vise des objectifs à moyen et long terme et fera tout pour les atteindre, sans se soucier des dommages infligés. L’individu atteint de psychopathie est souvent décrit comme « amoral ». Cependant, il ne faudrait pas conclure que les actions du sociopathe sont moins lourdes de conséquences que celles du psychopathe.

Que faire face à une personne sociopathe ?

Les sociopathes sont des personnes présentant un trouble de la personnalité antisociale (TPA). Ce trouble se caractérise par un manque d'empathie, un mépris des règles sociales et des droits des autres, et une tendance à l'impulsivité et à la violence. Les sociopathes peuvent être des personnes dangereuses, tant pour elles-mêmes que pour les autres. Ils peuvent mentir, manipuler et commettre des actes criminels sans remords.

Si vous êtes confronté à une personne sociopathe, il est important de prendre des mesures pour vous protéger. Voici quelques conseils :

  • Évitez les conflits directs. Les sociopathes sont souvent impulsifs et violents. Si vous les confrontez, ils peuvent réagir de manière agressive.
  • Établissez des limites claires. Dites clairement à la personne sociopathe ce que vous acceptez et ce que vous n’acceptez pas.
  • Ne vous laissez pas manipuler. Les sociopathes sont très doués pour manipuler les autres. Soyez conscient de leurs tactiques et ne vous laissez pas piéger.
  • Cherchez de l'aide professionnelle. Si vous avez du mal à faire face à une personne sociopathe, il est important de demander l'aide d'un professionnel de la santé mentale.

Voici quelques exemples concrets de ce que vous pouvez faire :

  • Si la personne sociopathe vous met en colère, essayez de vous calmer et de ne pas réagir.
  • Si la personne sociopathe vous ment, ne l'affrontez pas directement. Dites simplement que vous ne croyez pas ce qu'elle dit.
  • Si la personne sociopathe vous manipule, refusez de répondre à ses demandes.

Il est également important de se rappeler que les sociopathes ne sont pas des monstres. Ce sont des personnes qui présentent un trouble de la personnalité. Il est important de les traiter avec respect. Si vous êtes un parent ou un proche d'une personne sociopathe, il est important de vous renseigner sur ce trouble. Il existe des ressources disponibles pour vous aider à comprendre et à gérer ce trouble.

En conclusion

  • La sociopathie, version française du terme ASPD (Antisocial personality disorder), est un trouble de la personnalité antisociale caractérisé par un comportement antisocial, impulsif et dénué d'empathie. Il peut entraîner de nombreuses conséquences sur la vie des patients et leur entourage.
  • Les sociopathes sont souvent décrits comme des personnes narcissiques, sans remords et incapables d'apprendre de leurs erreurs.
  • Ils ne respectent pas les normes sociales et ne ressentent pas les émotions des autres de la même manière que les personnes neurotypiques.
  • Les symptômes d’un sociopathe se manifestent généralement dès l'enfance, par des comportements tels que le vol, la violence, la cruauté envers les animaux ou les mensonges répétés.
  • Le diagnostic du sociopathe est établi par un professionnel de la santé mentale, sur la base de critères tels que le manque d'empathie, le mépris des normes sociales, l'impulsivité, l'incapacité à apprendre de leurs erreurs.
  • Il n'existe pas de traitement curatif pour la sociopathie, mais une prise en charge adaptée peut aider les sociopathes à apprendre à contrôler leur comportement et à améliorer leurs relations avec les autres. Parmi les traitements les plus courants : la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) et la psychothérapie.
  • Les sociopathes et les psychopathes sont tous deux atteints d'ASPD, mais il existe des différences : les psychopathes sont généralement plus calculateurs et manipulateurs que les sociopathes, et plus susceptibles de commettre des crimes violents.
  • Face à un sociopathe, il est important de rester calme, de ne pas se laisser manipuler, de mettre des limites claires et de ne pas laisser le sociopathe prendre le contrôle de la situation.

Ces pros peuvent vous aider