Cleptomanie

Sommaire

Une femme vole dans un magasin

Lorsque l'acte de dérober objets, vêtements et autre butin sans valeur devient une obsession, on parle de cleptomanie (ou kleptomanie).

Zoom sur ce trouble peu connu, ses causes, son diagnostic et les traitements possibles.

Cleptomanie : qu'est-ce que c'est ?

Il s’agit d’une pulsion irrépressible de dérober des objets, sans besoin réel et pas nécessairement par manque de moyens financiers. En règle générale, le cleptomane agit de façon spontanée et vole des objets sans valeur, non pour l'objet lui-même, mais pour le plaisir ou le soulagement que l'acte lui procure.

Avant de commettre son méfait, le cleptomane ressent soit une tension, soit une excitation.

Au fil du temps, cette excitation s'amplifie et le cleptomane prend de plus en plus de risques.

La cleptomanie est souvent proche du trouble obsessionnel compulsif, en termes de fonctionnement. La dernière version du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) la classe parmi les troubles du contrôle des impulsions.

Bon à savoir : la cleptomanie pourrait être une réponse à un désordre affectif ou à un état dépressif.

Diagnostic de la cleptomanie

Lorsque la cleptomanie est insupportable pour le sujet sur le plan social, le cleptomane est particulièrement exposé au risque de suicide. Il est en tout cas indispensable de diagnostiquer ce trouble afin d'orienter le cleptomane vers le bon traitement.

Le diagnostic ne peut être posé qu'après s'être assuré que le sujet n'est pas un voleur dit ordinaire. Il convient également d'écarter qu'il ne s'agit pas d'un acte de rébellion isolé ou encore d'une manifestation maniaque en lien avec un trouble bipolaire.

Le psychothérapeute peut relever un ou plusieurs des points suivants :

  • faible estime de soi ;
  • frustrations non exprimées ;
  • antécédents de psycho-traumatismes.

Les critères suivants permettent de diagnostiquer une cleptomanie avérée :

  • tension croissante dans l'instant qui précède le vol ;
  • impossibilité de combattre l'impulsion de voler ;
  • sentiment de soulagement, de gratification voire de plaisir au moment du méfait ;
  • vol non dicté par un désir de vengeance ou la colère ;
  • vol commis sans besoin.

Bon à savoir : dans de rares cas, ce trouble est lié à des facteurs génétiques.

Traitement de la cleptomanie

À force de multiplier les vols, le cleptomane finit par être interpellé. Ce n'est qu'à ce moment qu'il ressent de la culpabilité et un sentiment de détresse.

L'interpellation donne souvent lieu à une prise de conscience importante qui pousse le cleptomane à souhaiter prendre le contrôle sur son comportement déviant. Ce qui est possible grâce à une thérapie.

La prise en charge permet au patient de rechercher, avec l'aide d'un psychothérapeute, l'origine de son malaise, de sa souffrance, de blessures intérieures.

Parallèlement à une thérapie cognitivo-comportementale et à une médiation dite de pleine conscience, une prescription d'antidépresseurs est fréquente.

Bon à savoir : dans le cas de la cleptomanie, les rechutes sont nombreuses malgré un processus thérapeutique, même si le cleptomane a fait l'objet de nombreuses interpellations.

Cleptomanie : qui est concerné ?

La kleptomanie est une maladie complexe dont les causes exactes restent encore mal comprises. Cependant, plusieurs facteurs contribuent à son apparition.

D’un point de vue biologique, certaines recherches suggèrent un lien entre la kleptomanie et des anomalies dans certaines zones du cerveau qui régulent les émotions et les pulsions. De plus, des déséquilibres chimiques, notamment en sérotonine, peuvent jouer un rôle dans le développement de ce trouble.

Tous les voleurs ne sont pas cleptomanes. Moins d'un quart des personnes interpellées pour ce type de méfait souffrirait de cleptomanie. Plus généralement, la cleptomanie concerne environ 0,5 % de la population.

Trois cleptomanes sur quatre sont des femmes âgées de 30 à 40 ans dont la situation sociale est confortable, voire aisée. 25 % d'entre elles sont boulimiques et 60 % présentent d'autres troubles psychologiques comme l'addiction aux psychotropes, la dépression. Mais ce trouble du contrôle des impulsions qu'est la cleptomanie commence généralement au cours de l'adolescence.

Sur le plan psychologique, la kleptomanie pourrait être une réponse mal-adaptative au stress ou à l’anxiété. Le vol compulsif permettrait à la personne atteinte de soulager temporairement ces sentiments inconfortables. Par ailleurs, certains symptômes de troubles mentaux, tels que la dépression ou les troubles obsessionnels compulsifs, peuvent se manifester par des comportements kleptomanes.

Enfin, l’environnement social et familial influence également l’apparition de la kleptomanie. Par exemple, un individu qui a été victime d’abus ou de négligence dans son enfance pourrait développer ce trouble en réponse à ces expériences traumatisantes.

Bon à savoir : La notion de vol n'est réellement perçue par l'enfant qu'à partir de 8 ans. Bien que la cleptomanie soit rarement diagnostiquée chez les jeunes enfants, on constate aujourd'hui une augmentation du nombre de vols commis par les jeunes de 8 à 14 ans. Il est très important de déterminer si le vol fait suite à une impulsion afin d'orienter l'enfant au plus vite vers une prise en charge.

Évidemment, les facteurs cités ne sont pas exclusifs et interagissent de manière complexe chez un même patient. De plus, chaque kleptomane est unique et la combinaison de facteurs à l’origine de son trouble varie. C’est pourquoi une approche individualisée est essentielle dans la thérapie de la kleptomanie.

En France, des professionnels de la santé tels que des psychologues et des psychiatres sont formés pour aider les personnes atteintes de kleptomanie à comprendre et à gérer leur trouble. Si vous pensez être concerné par la kleptomanie, n’hésitez pas à consulter un professionnel de santé.

Les conséquences sur la vie quotidienne

La kleptomanie a un impact significatif sur la vie quotidienne de la personne qui en souffre. Sur le plan personnel, le kleptomane éprouve de la honte, de la culpabilité et de l’anxiété après chaque vol, ce qui peut conduire à une dépression. De plus, la peur constante d’être pris sur le fait crée un état de stress chronique.

Sur le plan professionnel, la kleptomanie entraîne des problèmes si le comportement de vol se manifeste sur le lieu de travail. Cela peut conduire à des sanctions disciplinaires, voire à un licenciement. La personne a aussi des difficultés à se concentrer sur son travail en raison de l’obsession de voler.

Sur le plan social, la kleptomanie provoque l’isolement. La personne a tendance à éviter les situations sociales par peur de voler ou par honte de son comportement. Sans oublier que, si le vol est découvert, cela peut entraîner la rupture de relations importantes.

En conclusion

  • La cleptomanie est un trouble psychologique qui se caractérise par une conduite de vol répétitive et addictive. Cette tendance à voler est considérée comme une pulsion irrépressible.
  • Les symptômes comprennent l’incapacité à résister à une pulsion de vol, une certaine excitation lors du vol et une grande satisfaction. Cependant, le kleptomane peut éprouver de la honte ou de la culpabilité après l’acte.
  • Le traitement nécessite une thérapie comportementale et cognitive pour aider le patient à reconnaître ses actes et à les interpréter. Un psychologue peut être impliqué dans ce processus d’amélioration de santé mentale.
  • Ce syndrome débute souvent à l’adolescence et touche majoritairement les filles. Les conséquences sur la vie quotidienne peuvent être graves et causer stress et anxiété chez l’individu concerné.

Ces pros peuvent vous aider