Personnalité histrionique

Sommaire

La personnalité histrionique, parfois appelée personnalité « hystérique », est un trouble de la personnalité qui touche entre 2 et 3 % de la population, autant les femmes que les hommes. Elle se caractérise principalement par un besoin permanent de se mettre en scène et de séduire son auditoire comme lors d’une représentation théâtrale.

Le point dans cet article.

Qu’est-ce que la personnalité histrionique ?

La personnalité histrionique a tendance à vouloir attirer les regards et l’attention des autres. Pour cela :

  • elle peut se mettre en scène à travers une apparence originale et voyante, un comportement exubérant (parler fort, faire rire l’assemblée) ;
  • elle relate des histoires comme un acteur ou une actrice à son public, avec un ton dramatique ou humoristique.

Les personnes histrioniques sont en représentation théâtrale permanente, même devant un interlocuteur unique. Ce qui peut parfois agacer l’entourage, qui se sent étouffé ou honteux de cette mise en scène continue.

Bon à savoir : La personne ne se rend d’ailleurs pas toujours compte de l’embarras qu’elle déclenche ou de la souffrance de ses proches.

Personnalité histrionique : symptômes

Les symptômes de la personnalité atteinte d’hystérie sont :

  • un égocentrisme qui se traduit par le besoin d’être au centre de l’attention ;
  • un comportement de séduction inadapté ou provocant ;
  • une expression émotionnelle intense, parfois exagérée ;
  • une façon de parler très subjective et pauvre en détails ;
  • une apparence physique extravertie ;
  • un comportement manipulateur ;
  • une susceptibilité ;
  • une grande facilité à être influencé par les autres ou par les circonstances.

À noter : ce besoin de séduction incessante est une façon de manipuler son entourage.

Les liens avec les autres sont souvent superficiels. Si elle n’arrive pas à les séduire, la personne histrionique plongera dans la dramatisation et se posera en victime.

Causes de la personnalité histrionique

La personnalité histrionique veut se faire aimer et a besoin des autres pour exister. Elle est en quête permanente de reconnaissance, faussant ainsi la sincérité de ses relations avec son entourage. Les émotions sont vécues et montrées de façon brute, cachant l'angoisse de ne pas être aimée.

Bon à savoir : En attirant l'attention, la personne entretient une certaine dépendance vis-à-vis de son entourage, tout en évitant les relations authentiques. C’est sa manière de lutter contre sa peur de l’abandon, en ayant toujours un auditoire.

Il n’existe pas de cause claire à ce trouble psychologique. L’éducation de l’enfant jouerait un rôle, mais aussi une sur-activation de certaines zones du cerveau responsables de la gestion des émotions.

À noter : Avec l’âge, les traits de personnalité s’atténuent ou au contraire s’aggravent avec un risque de dépression, de suicide et d’addiction.

Comment la prendre en charge ?

La personnalité histrionique est dans l’expression théâtrale permanente. Elle en fera donc de même avec un psychothérapeute ou psychologue, compliquant parfois la prise en charge.

À noter : Ce type de personnalité comporte un risque certain de dépression et de suicide qui n’est pas toujours facile à évaluer du fait du rôle dans lequel elle se met en scène.

Plusieurs solutions existent :

  • Une psychothérapie sur la gestion des émotions, par des exercices d’exposition théâtrale, est donc tout à fait appropriée pour permettre à la fois une introspection et une ouverture sur les autres.
  • De même un travail de valorisation est important, car de façon paradoxale, la personnalité histrionique souffre d’un manque de confiance qu’elle cherche à combler à travers le regard des autres.
  • L’entourage est aussi très important, car il peut rassurer la personne sur sa valeur, sans prêter attention à ses démonstrations théâtrales. En se sentant valorisée et en confiance pour ce qu’elle est vraiment, la personne peut vivre de façon plus sereine.

Les différences entre la personnalité histrionique et d'autres troubles de la personnalité

Comprendre les caractéristiques et les nuances de cette forme d’« hystérie » s’impose pour un diagnostic précis et une prise en charge adaptée.

Bien que les personnalités histrioniques partagent certaines similitudes avec d'autres troubles, elles se distinguent par des caractéristiques spécifiques. Par exemple, elles ont un désir obsessionnel de susciter l'admiration d’autrui. Ce qui les différencie du trouble de la personnalité narcissique où l'accent est mis sur le sentiment de supériorité et le besoin de reconnaissance.

De même, l’histrionisme se différencie du trouble de la personnalité borderline par son égocentrisme marqué et son besoin constant de validation externe. Quant au trouble borderline, il est souvent associé à des fluctuations intenses de l’humeur et des relations instables.

Les impacts sur la vie quotidienne (personnelle et professionnelle)

Les personnalités histrioniques ont tendance à privilégier les interactions sociales où elles peuvent jouer un rôle dominant, ce qui peut les amener à rechercher des situations qui les placeront au centre de l'attention. Même si cela signifie négliger d'autres responsabilités ou engagements… Cette préoccupation constante de séduction et de validation peut affecter leur capacité à maintenir des liens affectifs sains et durables.

Dans les relations interpersonnelles, le besoin d'admiration et de validation constante peut conduire à de la manipulation et à une propension à dramatiser les situations. Les patients peuvent avoir du mal à maintenir des liens authentiques, car leurs interactions sont souvent teintées d'artifice et de superficialité. De plus, leur sensibilité à la critique et leur réaction excessive aux situations de rejet peuvent générer du conflit et de l’instabilité.

Dans un cadre professionnel, le besoin incessant de reconnaissance et d'approbation interfère généralement avec la productivité et la collaboration au sein d'une équipe. L'attention constante portée à soi-même peut perturber le fonctionnement harmonieux d'un environnement de travail et générer des tensions avec les collègues et les supérieurs.

Bon à savoir : Ces individus ne sont pas nécessairement conscients de l'impact de leur attitude sur leur entourage. Leur désir inconscient d'être au centre de tout les conduit à minimiser les répercussions de leurs actions sur les autres. Ce qui peut accentuer les difficultés de communication et de résolution de problèmes…

Conseils pour les proches et l'entourage

Tout d'abord, il est important de reconnaître que la recherche constante d'attention est une manifestation d'un besoin profondément enraciné dans l’enfance de validation et d'approbation. Les proches doivent donc faire preuve de patience et d'empathie, même lorsque les actions semblent excessives ou déroutantes.

Ceci étant dit, il faut tout de même établir des limites claires et saines dans la relation. Bien que ce type de personnalité puisse avoir du mal à respecter les frontières personnelles des autres, il faut maintenir un équilibre entre le soutien et la protection de son propre bien-être émotionnel.

Apprendre à reconnaître les signes de manipulation et à y réagir de manière appropriée s’impose pour ne pas céder aux tactiques et stratégies de manipulation, tout en offrant un soutien émotionnel authentique.

De plus, il est toujours utile de rechercher un soutien extérieur pour faire face aux défis et difficultés associés à ce type de comportement. Cela peut prendre la forme de conseils individuels ou familiaux, ou même de groupes de soutien qui invitent à partager ses expériences et trouver du réconfort auprès d'autres personnes confrontées à des situations similaires.

Bon à savoir : Le soutien et la compréhension des proches contribuent au processus de guérison. En offrant un environnement sécurisant et bienveillant, les proches peuvent aider à renforcer la confiance en soi du patient souffrant d’histrionisme. Ce qui contribue à son bien-être émotionnel et relationnel.

Perspectives de recherche et avancées dans la compréhension de ce trouble

La compréhension de ce trouble a évolué au fil du temps grâce aux progrès de la recherche en psychologie et en psychiatrie. Les chercheurs ont exploré divers aspects de ce trouble de la personnalité pour mieux comprendre ses origines, ses manifestations cliniques et ses implications.

Les études sur l'étiologie ont examiné les influences génétiques et environnementales qui pourraient contribuer au développement de ce trouble. Des recherches suggèrent qu'il existe une composante génétique, mais que des facteurs environnementaux tels que les expériences de vie traumatisantes ou les modèles parentaux peuvent également jouer un rôle important dans sa manifestation. Ces avancées dans la recherche permettent d'orienter les approches de prévention et d'intervention.

Parallèlement, les chercheurs se sont intéressés aux aspects neurobiologiques de ces personnalités, en examinant les anomalies cérébrales qui pourraient être associées à ce trouble. Des études d'imagerie cérébrale ont révélé des différences dans l'activation de certaines régions du cerveau chez les patients, notamment celles impliquées dans le traitement des émotions et la régulation de l'attention. Ces découvertes offrent des pistes prometteuses pour le développement de traitements pharmacologiques ciblés.

De plus, la recherche sur les interventions thérapeutiques a connu des progrès significatifs. Les approches psychothérapeutiques, telles que la thérapie cognitivo-comportementale et la thérapie dialectique comportementale, ont montré leur efficacité pour :

  • aider ces personnalités atypiques à mieux comprendre et réguler leurs sentiments ;
  • améliorer leurs compétences en matière de relations interpersonnelles ;
  • réduire leurs comportements dysfonctionnels.

De quoi favoriser la création de programmes de formation pour les professionnels de la santé mentale, centrer la détection et la prise en charge précoces de ce trouble.

Sur le plan clinique, les critères diagnostiques ont également été révisés pour mieux refléter sa complexité et sa variabilité. Les dernières éditions du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) ont intégré de nouvelles dimensions de ce trouble, mettant l'accent sur ses dimensions interpersonnelles, affectives et comportementales. Ces mises à jour visent à faciliter un diagnostic plus précis et une prise en charge plus individualisée des patients.

Les approches thérapeutiques alternatives

Les approches thérapeutiques alternatives offrent des voies prometteuses pour aider les individus à apprendre à mieux gérer leurs sentiments et à atténuer les difficultés rencontrées dans leurs relations interpersonnelles. Parmi celles-ci, la thérapie psychodynamique explore les expériences passées et les conflits inconscients pouvant contribuer aux symptômes associés. En mettant en lumière les schémas de pensée et les mécanismes de défense sous-jacents, cette thérapie favorise une prise de conscience et un changement profond dans la manière dont la personne perçoit et réagit aux situations.

Une autre approche thérapeutique alternative est la thérapie de groupe qui offre un cadre sécurisé pour explorer les dynamiques relationnelles et pratiquer de nouvelles compétences sociales. Le patient bénéficie de l'interaction avec d'autres individus partageant des expériences similaires : ce qui favorise l'empathie et la compréhension mutuelle.

Par ailleurs, la thérapie centrée sur la pleine conscience gagne en popularité dans le traitement de ce syndrome. En se concentrant sur le moment présent et en cultivant une attitude sans jugement envers les pensées, cette approche peut aider les individus à développer une plus grande tolérance à la frustration et à réguler leurs réactions impulsives.

Enfin, les techniques de relaxation et de gestion du stress, telles que la respiration profonde et la visualisation guidée, peuvent intégrer le traitement pour aider les individus à se calmer, réduire leur niveau d'anxiété et surmonter leurs difficultés. En apprenant à reconnaître les signaux physiques de stress et en adoptant des stratégies d'adaptation appropriées, les personnes histrioniques ont plus d’outils pour faire face aux situations difficiles et améliorer leur bien-être émotionnel.

En conclusion

  • La personnalité histrionique (anciennement hystérique) se caractérise par un besoin incessant de capter l'attention d’autrui et de séduire son public. Ces individus ont tendance à se mettre en scène de manière exubérante, avec une apparence voyante et une attitude théâtrale.
  • Les symptômes de l’histrionisme incluent chez les patients un égocentrisme marqué, une séduction constante et inappropriée, une expression émotionnelle intense et souvent exagérée, ainsi qu'une tendance à la manipulation et à la dramatisation.
  • Souvent associé à un besoin de reconnaissance, découlant d'une peur sous-jacente de l'abandon, ce trouble pourrait être dû à des facteurs génétiques et environnementaux ainsi qu'à une suractivation de certaines zones du cerveau liées à la gestion des émotions.
  • La psychothérapie, via des séances avec un psychologue, aide le patient à mieux apprendre, comprendre et réguler ses sentiments. Un soutien de l'entourage est également nécessaire pour renforcer la confiance en soi et promouvoir des comportements plus équilibrés.

Ces pros peuvent vous aider